Alliance EDDA-Agenda 21

Le retour sur l’expérience 2008-2013 de l’UM2

Un petit peu avant la fusion de deux grandes institutions universitaires de Montpellier, l’UM1 et l’UM2, Olivier Thaler, le chargé de projet Agenda 21 de l’avant UM2, a décidé de conduire une évaluation sur le programme du développement durable qui a durée 5 ans dans telle université. L’objectif, était de formaliser les enjeux, les objectifs et le nouveau programme de Développement  Durable et de Responsabilité Sociale des Entreprises de la nouvelle Université de Montpellier. Pour ce faire, il a conduit cette évaluation avec l’association étudiante EDDA.


Description du projet

Avec une centaine de projets réalisés entre les étudiants, enseignants, chercheurs et administratifs, l’Université de Montpellier 2 est devenue un vivier des démarches du développement durable. Le plus important maintenant serait d’évaluer la performance du programme et de chacune de ses initiatives au sein de l’établissement: on pourrait conclure  sur les réussites et les échecs ainsi que leurs causes et conséquences dans la vie universitaire. Finalement, nous serions en mesure de partager notre expérience avec la nouvelle Université de Montpellier et avec d’autres organismes d’éducation supérieure en France et à l’étranger visant à mettre en place un référentiel du développement durable dans leurs orientation politiques et dans leur gestion interne.


Déroulement de l’évaluation

La mise en place de l’Agenda 21:

Ce programme, appelé Université 21, s’est mis en fonctionnement le 15 février 2008 par le Président de l’université, Jean-Louis Couq. L’instauration de ce programme organisationnel a été précédée d’un diagnostic environnemental, social et économique de l’établissement ainsi que d’un cycle d’ateliers de concertation. Université 21 a eu comme objectif d’engager l’ensemble des parties-prenantes de l’UM2 dans une action uniforme de Développement Durable au sein de l’établissement.

En 2008, l’UM2 a acquis les orientations stratégiques suivantes comme finalités référents du programme Université 21 :

  1. L’Université Montpellier 2 s’engage à lutter contre le réchauffement climatique et la pollution par une plus grande maîtrise de ses impacts environnementaux.
  1. L’Université Montpellier 2 s’engage à sensibiliser et à former ses usagers (étudiants, enseignants, chercheurs, personnels) au développement durable.
  1. L’Université Montpellier 2 s’engage à favoriser les recherches au service de la société et du développement durable.
  1. L’Université Montpellier 2 s’engage à favoriser l’implication des étudiants dans la vie de l’établissement, à travers notamment l’agenda 21, et à améliorer la qualité du cadre de vie.
  1. L’Université Montpellier 2 s’engage à préserver et sauvegarder son patrimoine naturel et historique.
  1. L’Université Montpellier 2 s’engage à adopter une démarche éco-responsable à travers ses procédures d’achats.

Il est important de remarquer que les orientations stratégiques adoptées par l’UM2 se sont totalement intégrées aux cinq finalités définies par le référentiel de Rio et puis par la réunion interministérielle de la France en Juillet 2006.

La dernière évaluation:

Université 21 a été exécutée officiellement entre février 2008 et septembre 2013. Pendant cinq ans, il a conduit la mise en œuvre de 99 actions de Développement Durable. Ces initiatives ont été portées par les étudiants, les enseignants, les chercheurs, les administratifs, les techniciens, et d’autres acteurs de l’université. Plus généralement, le programme Université 21 a été le déclencheur d’une synergie où tous les acteurs de l’établissement ont fait partie des mêmes objectifs.  Des 99 actions, on constate 82 réussites, ce qui équivaut à un taux de réussite d’environ 87 %.

Université 21 a été évalué deux fois: la première au début 2009, dont l’objectif a été de faire le suivi du programme grâce au référentiel EVADDES, une plateforme sur internet que le Ministère d’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie en France à mis à disposition des Agendas 21 nationaux. La deuxième évaluation a eu lieu entre Novembre 2013 et Mars 2014. Elle a décelé l’efficacité des actions et l’efficience de la démarche de l’ensemble du programme Université 21 pendant ses cinq ans de fonctionnement.

Nous avons tiré les sept actions exemplaires du programme. Elles correspondent à des initiatives qui se sont développées au four et à mesure qu’Université 21 s’est vu ancré dans la culture de l’UM2. Elles sont:

  1. Univerlacité
  2. Biodiversité des Campus en Ville
  3. Rénovation Thermique des Bâtiments
  4. Système de Management Environnemental à Polytech
  5. Bien-être au travail
  6. Formation au Management de Développement Durable
  7. Point d’Apport Volontaire des Déchets dans les Bâtiments de Recherche

Il est important de mentionner que chacune des initiatives énoncées ci-dessus, dérivent des orientations stratégiques adoptées en 2008.


La conclusion

En cliquant sur ces liens, vous pourrez consulter les deux posters faits sur l’ensemble de l’évaluation d’Université 21: les forces et faiblesses, le Bilan sur les actions et les conditions nécessaires pour la réussite d’un nouveau programme.

La notation choisie pour l’analyse de Forces et de Faiblesses a permis d’obtenir quantitativement les résultats suivants :

  • Pilotage Politique : -23
  • Evaluation : 0
  • Fonctionnement : 0
  • Financement : 7
  • Technologies & Communication : 1
  • Rayonnement de l’UM2 : 8
  • Total : -7

En termes d’efficacité organisationnelle nous pouvons établir les réflexions suivantes:

  • L’Université de Montpellier 2 a eu une bonne capacité à réussir des actions de Développement Durable.
  • L’Université de Montpellier 2 a eu une bonne capacité à gérer un grand programme organisationnel multi-acteurs et multi-domaines.

En termes d’efficience organisationnelle, nous pouvons dire que :

  • L’Université de Montpellier 2 peut améliorer le pilotage et la participation transversale des acteurs dans chacune des actions de Développement Durable.
  • L’Université de Montpellier 2 peut améliorer l’évaluation, le suivi, le contrôle et la communication faite pour chacune des actions du programme

Globalement, l’Agenda 21 de l’UM2 n’a pas manqué de ressources financiers et l’on a rapidement rentabilisé leur investissement, à travers de l’image d’établissement universitaire responsable et innovant. En ce qui concerne au rayonnement de l’université, l’Agenda 21 a eu une grande notoriété à l’extérieur, et ceci en dépit de l’inefficacité du système de communication interne pour les actions du programme. Egalement, le fonctionnement interne d’Université 21 a été pauvrement soutenu par tous les acteurs de l’UM2 à exception des étudiants et des responsables opérationnels. Au niveau de l’évaluation, on disposait des compétences et des outils performants disposés par le ministère national du Développement Durable. Malheureusement, peu de parties-prenantes de l’université ont participé continuellement aux phases d’évaluation.

Remarquablement, l’Agenda 21 a été placé dans une position stratégique dans l’organigramme de l’UM2, c’est-à-dire, sous la Direction des Affaires Généraux, cependant les engagements politiques qui ont été acquis en 2008 ne se sont pas intégrés au fonctionnement quotidien de chaque service, département, composante pédagogique ou laboratoire.

Ainsi, l’UM2 a manqué de volonté politique et administrative pour faire valoir avec exemplarité son programme Université 21. Ce défaut a pénalisé la volonté opérationnelle de chaque participant des actions Agenda 21, en diminuant l’efficience de leurs projets. Par conséquent, la totalité du programme s’est vu conduit à l’état de veille opérationnelle dans l’année universitaire 2012- 2013.


Les leçons apprises

Fondamentalement, Université 21 a été un référentiel du développement durable qui a fonctionne au sein de son institution hôte. Il a rendu un bon échantillon des problèmes organisationnels que l’on rencontre lors de la mise en place des politiques fédératrices du développement durable: les enjeux continuent à être les mêmes en termes de gouvernance efficace pour mener les bonnes actions en matière climatique, de preservation de la biodiversité, d’éducation, de sobriété énergétique entre autres. Ceci, dévoile une partie du défi énorme que nos sociétés et leurs représentants  rencontrent au moment de lutter contre le changement climatique ou contre tout autre enjeux majeur de l’environnement.

Pour les institutions qui décident d’instaurer un programme de développement durable au niveau de leur gestion interne, nous préconisons les stratégies suivantes:

  • Agir et communiquer avec un nombre limité d’actions phares au niveau interne. Ces actions peuvent être issues de l’exemplarité des pratiques déjà réalisées, comme par exemple le traitement de déchets ou les achats responsables.
  • Éveiller une dynamique d’évaluation et de suivi continu des politiques et d’opérations du développement durable: l’objectif étant d’améliorer son efficacité et son efficience organisationnelle graduellement
  • Intégrer tout au long de l’année, la participation de chacune des composantes universitaires aux politiques du durable, c’est la meilleure façon de faire participer chacune des parties-prenantes clés.

Contact

Si vous avez plus de questions ou si vous êtes à la recherche de conseils pour la mise en place d’un programme de développement durable, n’hésitez pas à nous écrire:

David Resillas Olguin (évaluateur d’Université 21)

mail: david.resillas@edda-asso.org

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Vous pouvez nous envoyer un mail pour nous contacter, on vous répondra au plus vite :)

En cours d’envoi

©2017 Space de Solutions

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

%d blogueurs aiment cette page :