Késaco?

Le constat

Déforestation, surpêche, pollutions, disparition d’espèces animales et végétales, changement climatique, montée du niveau des océans, exploitation d’enfants … On ne s’en rend pas forcément compte, mais tout cela est lié et dicté par nos modes de vie. Acheter des meubles en bois exotiques, manger de la morue ou du thon, choisir des produits avec des composants dangereux pour l’environnement, vouloir des habits à bas prix, jeter et acheter encore au lieu de réparer. Nous devons nous pencher sur nos choix en tant que consommateur afin de montrer le monde vers lequel on veut tendre.

Qui veut se baigner dans des mers de plastique qui étaient auparavant bleu azur et se prélasser sur des plages de mégots et de déchets plastiques en tout genre? Evitez de boire la tasse et adieu les châteaux de sable!

Qui veut être responsable de l’exploitation d’enfants pour avoir le dernier téléphone ou le dernier vêtement en vogue au prix le plus bas possible? Mais mon téléphone avait l’écran cassé et le nouveau a une fonctionnalité qu’il me fallait absolument! Et puis la réparation me coûte aussi chère qu’un nouveau téléphone! Alors autant continuer à exploiter des enfants!

Qui veut se retrouver dans un film apocalyptique où l’air n’est plus respirable et l’eau plus potable? J’aimerai autant ne pas faire partie du casting!

Il est clair que l’on ne peut plus continuer à exploiter les ressources de la Planète comme auparavant afin de satisfaire un mode de vie inadéquat, sans que cela ait des répercussions désastreuses au niveau écologique, économique, social et culturel.

 

Naissance du développement durable

Ainsi, en 1986 est signé le Rapport de Brundtland de 1986, qui définit le développement durable comme étant « un développement qui répond aux besoins des générations précédentes sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Ainsi, ce nouveau concept permet un développement qui soit soutenable par rapport aux ressources dont nous disposons afin que les générations suivantes ne se retrouvent pas sur une Planète rongée par notre avidité. Cela ne veut bien sûr pas dire retourner à l’âge de pierre!

Le développement durable a plusieurs objectifs et repose sur trois piliers :

         L’environnement : lutter contre les changements climatiques, les pollutions chimiques ou la perte d’espèces végétales et animales

         Le social : lutter contre la pauvreté, permettre une meilleure intégration sociale des personnes handicapées et des personnes âgées, favoriser les innovations, favoriser les rencontres culturelles, échanger et partager ses connaissances

         L’économie : créer des emplois respectueux de l’humain (heures de travail et rémunérations adéquates), pousser à la fabrication d’objets plus respectueux de la planète, revoir notre mode de consommation

 

Le développement durable appliqué à EDDA

A EDDA, le développement durable s’articule autour des trois thématiques précédemment citées et ajoute en plus la thématique culturelle. c’est autour de ces quatres mots clés qu’EDDA a construit différents projets:

1) Culture : Space de Solutions est une plateforme internet qui est une ressource d’activités pédagogiques, d’initiatives ainsi que de solutions que nous pouvons tous utiliser afin d’agir concrètement pour le développement durable au quotidien.

2) Sociale : le projet Karibuny favorise l’intégration et la réussite des nouveaux arrivants en France par la voie de la formation selon leur but : travail, diplôme, création d’entreprise.

3) Environnementale : La Route des Papillons a pour but de préserver la biodiversité à travers la création d’un réseau de lieux d’accueil pour les papillons migrateurs. De même, prochainement, nous lancerons une campagne de sensibilisation afin de préserver le milieu marin méditerranéen.

4) Economique : Grâce à la complémentarité de Business Developpment, Positionnement et Développement de Produit/Service, nous envisageons de munir chacun de nos projets d’un modèle de négoce pour qu’ils soient autosuffisants au niveau financier, matériel et humain.

 

Et nous alors? Que pouvons nous faire?

Bon avant qu’on se retrouve les pieds dans une mer sans poissons à Paris, même si c’est vrai que l’air marin il n’y a rien de mieux, il va falloir faire quelque chose. Oui mais quoi?

Qu’est ce que moi, individu lambda ou entreprise lambda puis-je faire pour apporter ma pierre à l’édifice du développement durable?

On se sent bien souvent petit et désemparé face à l’ampleur des choses à changer ! Sachez dans tous les cas que vous n’êtes pas les seuls à vouloir être acteur du changement et que de nombreux projets, organismes et initiatives sont mis en place quotidiennement afin d’aller vers un développement durable.

Tout d’abord, prendre conscience que nos actions directes (utiliser des produits chimiques pour nettoyer qui tue la vie aquatique) ou indirectes (acheter un meuble fait avec du bois venant du Brésil) ont des conséquences importantes sur notre planète est déjà LE premier pas vers le changement !

 

Ensuite, il est important d’agir autant au niveau individuel (bannir les produits nocifs) que collectif (participer à la campagnes de ramassage des déchets faite par une association) ! En effet, si chacun change certaines de ses habitudes à son échelle, cela aura des répercussions sur le monde entier ! Chaque petit pas est le début d’un grand changement !

 

« Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde », Gandhi

 

Exemple de petits pas : utiliser le vélo, éteindre les lumières quand on est plus dans la pièce, manger local et de saison, trier ses déchets, utiliser un torchon à la place du sopalin, refuser le suremballage, mettre un autocollant stop pub sur sa boîte aux lettres…

 

Enfin, n’hésitez pas à participer aux nombreux événements proposés par EDDA!

Contactez-nous

Vous pouvez nous envoyer un mail pour nous contacter, on vous répondra au plus vite :)

En cours d’envoi

©2017 Space de Solutions

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

%d blogueurs aiment cette page :